Byte49

Reader

Read the latest posts from Byte49.

from louischety

La lumière du soleil s’amenuise à la même vitesse que mon cerveau s’allume

Douce boisson qui l’éteint, elle le trouble, elle m’empêche de plonger, de sombrer, elle me maintient à la surface pendant que le temps avance sans moi

Je l’évite et le fuis, lui qui me dévore sans relâche, lui qui me perce, me brule, lui qui tue les enfants pour les transformer en monstre, lui qui crache sur le tableau du monde pour le faire ressembler à la réalité

Si le monde a créé l’âme c’est pour nourrir le temps

Les secondes avancent et la solitude est à deux pats

Douce boisson m’accompagne, elle trouve la beauté dans le noir, l’espoir dans l’obscurité

Elle fait fuir la solitude et ramène le présent

Mais elle est forte, trop forte, elle érode ce pauvre corps qui me transporte, il lâche !

Tous reviennent, le mal, le temps, l’obscurité et la solitude, mes quatre cavaliers de la mort

Si fort, si nombreux, que faire, comment tenir quand même les gorgées ne peuvent plus m’en éloigner ?

Une main sur l’épaule, elle m’éloigne d’eux, elle m’illumine

Ne me lâche pas ! ils vont m’avoir, je dois les combattre, je dois les vaincre mais je ne peux pas tous les affronter en même temps

Une main si fragile, comment oserais-je m’y accrocher alors que mes démons risquent de l’atteindre, je la repousse !

J’en ai peur ! et si cette main frêle et pale appartenait à un démon !

Je m’effondre

Seule solution, créer un soleil dans mon âme, un soleil brulant, brulant ma perception du temps, mon corps et mon âme

Il brule tout et si il n’y a plus rien à attaquer alors les démons mourrons de faim

Je mourrai peut-être avant mais je les aurais oubliés le temps que la bougie aura brulée

 
En savoir plus...

from louischety

J'ai peur de l'Homme comme j'ai peur du feu. Magnifique et capable de tout, j'en suis fasciné !

Attiré par cette flamme comme si elle avait la règle du jeu. Ses couleurs m'ensorcellent j'ai peur de vaciller.

Je rêve de m'y plonger à corps perdu mais j'ai peur d'y sombrer avec l'âme déçue Elle m'embrase, elle m'inonde, j'ai peur des larmes et j'ai peur des ombres Ces ombres qu'elle crée qui se reflète sur mon mur

La réalité ?

Une douce illusion qui me montre des mirages Dans ma caverne de Platon je suis pris en otage

Si seulement le fou qui domine cette flamme enchanteresse n'était pas qu'un enfant en détresse Il joue avec ce feu comme avec une loupe Il s'en sert pour rendre le monde plus clair et moins trouble Mais il finit toujours par brûler la vermine Nous les fourmis

Et moi dans tout ça, que suis-je ? Une fourmi ou une loupe Une flamme ou une ombre Peut-être même l'enfant qui les domine ?

Je manque d'oxygène, ma flamme s'éteint ! Ma cigarette est terminée, je continuerai demain

 
En savoir plus...